Enseigner: une leçon d’humilité

Le développement professionnel des enseignants est-il mission impossible ? Mais de quoi parle-t-on au juste ? Selon Lange (1990), le développement professionnel des enseignants est décrit comme un processus continu de croissance intellectuelle, expérientielle et posturale ! une définition un brin intellectuelle pour dépeindre une attitude d’humilité et d’ouverture, en d’autres termes une perpétuelle remise en question.

Le développement professionnel des enseignants mérite qu’on y alloue attention et ressources. Nous avons tous été une fois ou l’autre transformé par un ou une enseignant d’exception, et nous savons que ce qui les a rendus si particuliers à nos yeux ne tenait pas seulement à la manière dont ils nous ont enseignés mais également à leur personne, à leur façon d’être dans la relation à autrui. Ce genre de choses ne s’apprennent à priori pas dans des ateliers pédagogiques qui sont le plus souvent focalisés sur des compétences (techno-)pédagogiques par ailleurs fort utiles, voire incontournables. Il faut toutefois reconnaître qu’il y a de nombreux aspects de l’enseignement qui ne sont pas systématiquement pris en considération dans les formations destinées au corps enseignant, comme par exemple la manière de moduler sa voix ou de se déplacer dans une salle de cours.

J’aime bien l’approche qui consiste à accompagner les nouveaux enseignants dans différentes postures, celle d’essayer de se voir à travers d’autres yeux, comme par exemple ceux de leurs étudiants. Une posture que j’affectionne particulièrement et à laquelle je recours quand je suis face à un obstacle ou une incompréhension est celle de m’observer en méta du méta, c’est-à-dire avec une perspective neutre d’observation externe. Prendre de la distance, changer l’angle d’observation, se mettre à la place de l’autre sont des attitudes empreintes d’humilité et d’humanisme qui contribuent à garder le lien avec les apprenants et à les amener à se dépasser dans leur expérience d’apprentissage!

En ce début d’année académique, il me semblait utile de rappeler qu’un bon enseignement est bien davantage que l’expertise d’un champ disciplinaire et la maîtrise de techniques pédagogiques, à mes yeux, enseigner relève du don de soi. L’enseignant qui se connecte à la meilleure partie de lui-même dans la relation avec ses étudiants va les amener eux-aussi à se connecter à leur meilleures partie… c’est cette magie-là qui nous confirme qu’enseigner est le plus beau métier du monde !

Lange, D. (1990) A blueprint for teacher development. In Richards J., and Nunan D., (eds) Second Language Teacher Education (CUP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*