Enseigner ne suffit pas!

Les enseignants savent bien que ce qui compte vraiment n’est pas d’enseigner mais de créer des occasions d’apprendre ! Chaque étudiant est unique et imprévisible, toutefois avec les ressources adéquates et un accompagnement individualisé, chaque apprenant peut réussir ! Les enseignants peuvent se tromper parfois et adopter les mauvais choix pédagogiques, s’ils se trompent trop souvent, ils feraient peut-être bien d’envisager une autre profession, mais ceux qui ne se trompent jamais feraient mieux d’enseigner au paradis plutôt que dans une haute école !

La littérature confirme ce que nous savons depuis longtemps, l’apprentissage est plus efficace dans des situations où les étudiants confrontent leur point-de-vue et leur compréhension de tel ou tel phénomène. Une des clés pour optimiser l’apprentissage est de créer des occasions d’apprendre dans lesquelles des périodes de réflexion alternent avec des périodes de discussion. Ce type d’enseignement ne s’improvise pas et nécessite une scénarisation pédagogique cohérente entre les objectifs pédagogiques, les stratégies d’enseignement et l’évaluation.

La stratégie d’enseignement interactif la plus simple et pourtant une des plus efficaces est celle du ‘penser – comparer – partager’. Le concept est simple et réside dans la consigne suivante : poser une question conceptuelle à l’ensemble de la classe mais demander à chaque étudiant d’y réfléchir individuellement pendant 1 à 2 minutes. Puis former des paires qui vont confronter leurs réflexions personnelles et leur réponse apportée à la question. Pour conclure l’activité, partager les réflexions des paires en plénière. Cette stratégie pédagogique est pertinente pour canaliser l’attention et favoriser un apprentissage en profondeur. J’y ai souvent recours et j’observe régulièrement que les étudiants de nature timide ou introvertie s’expriment plus facilement et participent plus volontiers à la discussion générale. Mon hypothèse est que cette scénarisation en trois étapes encourage la confiance en soi et l’assertivité, compétences indispensables dans la vie professionnelle.

Si nous comparons l’apprentissage à la conduite automobile, nous pourrions dire que dans un mode d’enseignement de type purement transmissif, c’est l’enseignant qui est au volant et qui décide des composantes du trajet, l’étudiant est alors un simple observateur. Dans le cas inverse où c’est l’étudiant qui est au volant, l’enseignant est le copilote qui observe, conseille et accompagne. Dans cette seconde situation, en dépit du fait que l’enseignant adopte une posture passive, il a créé une occasion d’apprendre de manière active en installant un environnement d’apprentissage en profondeur.

Tous les enseignants ne sont pas des enseignants exceptionnels de manière innée, mais chaque personne ayant la prédisposition d’acquérir un poste dans l’enseignement supérieur peut devenir un bon enseignant !

Svinicki, D., McKeachie, W., McKeachie’s Teaching Tips (2009) 13th Ed.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*