Archives mensuelles : mars 2016

How to give powerful feedbacks?

Giving constructive feedback is one of the most effective ways to help students grow personally and improve their academic skills. It is a powerful tool, which holds the risk of being double-edged; indeed a feedback that is worded poorly may have the opposite effect and decrease recipients’ self-esteem, it may even demotivate one’s aspiration to learn. That being said, what are the rules to follow, and how can we ensure that the intended feedback has been clearly understood and will contribute to the good development of its recipient? In order to promote a growth mindset among my students, I strictly obey the three rules below:

  1. First of all, I make sure that my feedbacks are indidualised and confidential. I take the time, outside of school hours, to meet each of my students separately. I consider this a unique opportunity that allows me to have a more personalised relationship with my students. Moreover, such a meeting gives me the chance to individualise my teaching. I consider those times as being privileged, both for me and for my students.
  1. I always start by saying something In every academic production, even the most catastrophic one, we can find some positive elements. I make sure to highlight this point at the beginning of the discussion. This way of doing establishes a basis for trust and prepares students to hear the less positive but essential elements to improve their performance and foster a growth mindset.
  1. I do my best to make the distinction between a student and his/her work, and to always give my personal opinion by taking full responsibility for what I say, i.e, by speaking in the first person singular. Here is an example of what I could say: ‘I think you should try to focus more on this aspect of your work in order to develop a more critical view of the phenomenon you present’. And whenever possible, I try to give examples to illustrate my comments.

I encourage my students to seek regular feedback from faculty so as to have support in their personal development and academic development. I am convinced that constructive feedbacks contribute efficiently to a growth mindset, in other words train one’s brain to get smarter according to Columbia psychologist Carol Dweck. Thus, I encourage students to listen carefully to what faculty has to tell, without interrupting but asking for clarification when the message is unclear. I make a point to tell students that feedbacks are nothing more than perceptions that teachers have on their work. Constructive feedback, which is both benevolent and respectful, is a great progression tool to grow mindset and to train brains to get smarter!

 

‘Non violent communication: a language of compassion’ Marshalll B. Rosenberg (2004)

La puissance du feedback

La puissance du feedback. Donner un feedback constructif est un des moyens les plus efficaces pour aider un étudiant à se développer personnellement et à améliorer ses compétences académiques. C’est un outil puissant qui présente toutefois le risque d’être à double tranchant ; en effet un feedback mal formulé peut avoir pour conséquence l’effet inverse de celui désiré et diminuer l’estime de soi du récipiendaire, peut-être même le démotiver dans ses aspirations d’apprendre. Mais alors, quelles sont les règles à respecter et comment vérifier que le feedback est bien compris et va contribuer au bon développement de la personne qui le reçoit, en l’occurrence l’étudiant ? Pour ma part, je respecte les trois règles que voici.

  • En premier lieu, je veille à donner un feedback personnalisé et confidentiel à chaque étudiant. Je prends le temps nécessaire en dehors des heures de cours pour rencontrer chaque étudiant. Il s’agit en réalité d’une chance exceptionnelle qui me permet d’entrer en relation de manière plus personnalisée et m’offre l’opportunité d’individualiser mon enseignement. Je considère ces moments comme étant privilégiés, tant pour moi que pour l’étudiant qui se trouve en face de moi.
  • Je commence toujours par dire le positif. Dans toute prestation d’étudiant, même catastrophique, on peut trouver un élément positif. Je veille à le mettre en lumière au tout début de la discussion. Cette manière de faire permet de créer une base de confiance et d’écoute indispensable pour accueillir les éléments moins positifs mais essentiels pour améliorer la performance.
  • Je veille à distinguer l’étudiant de son travail et à donner ma perception personnelle en m’appropriant la responsabilité de ce que je dis, c’est-à-dire en parlant à la première personne.  Comme par exemple : ‘ je pense que vous pourriez essayer de vous concentrer davantage sur tel ou tel aspect de votre travail afin de développer une vision plus critique du phénomène étudié.’ A chaque fois que c’est possible, j’essaie de donner des exemples afin d’illustrer mes commentaires.

J’encourage mes étudiants à demander des feedbacks réguliers auprès de leurs enseignants afin d’être accompagnés dans leur développement personnel et leur développement académique. Je les encourage à accepter écouter sans interrompre ce que l’enseignant leur dit, et à demander des clarifications lorsque le message ne semble pas clair. Je leur dis surtout qu’un feedback n’est rien d’autre que la perception que l’enseignant a du travail de ses étudiants. Un feedback constructif mais à la fois bienveillant et respectueux est un formidable outil de progression pour celui qui le reçoit !

‘Les mots sont des murs ou des fenêtres’ Marshalll B. Rosenberg (2004)