Archives mensuelles : décembre 2015

Succesful Mindset

Positive Mindset generates success, indeed neuroscience research confirms the impact of mindset on learning. There is a popular belief that the tendency to be positive or negative would be in our genes and he work of the psychologist Lyobormirsky (2007) confirms that the natural inclination toward positivism and negativism is in our DNA. Enlightening students about the impact of their mindset in their studies and how they can influence it becomes therefore a priority.

Indeed, it is imperative for all students to develop a positive approach to their learning experience by working on thinking mechanisms and adopting a healthy lifestyle. The good news is that students can learn to influence positively their learning experience by acting on their thoughts, behaviors and lifestyle.

  • Metacognition : it is essential to teach learners from an early age to observe their thinking in order to give them the keys to distinguish between their thoughts and themselves. In other words, ‘I’m not what I’m thinking’. Metacognition gives the necessary distance not to dramatize a situation and to foster harmonious thinking. Mindfulness, that is to say the practice of mindfulness, is a powerful tool for learning to keep yourthoughts in an attitude of non-judgment and acceptance. This form of meditation inspired by the Buddhist tradition teaches students to break away from toxic mental rumination and optimizes their learning experience.
  • Building a bridge to the future and transforming negative thoughts into goals. When students plan their future, it leads them to build a bridge to the future by transforming their doubts, fears and dark thoughts intoVisualizing learning outcomes is the first step to get under way towards achieving one’s objectives. In my view, it is the duty of teachers to encourage or accompany students in this process, by questioning, giving positive feedback and practicing active listening.
  • Adopting a healthy lifestyle and practicing sport regularly influence positively brain activity : Neurotransmitters are chemical compounds released by neurons that influence our state of mind. There are drugs associated with this positive influence on our brain such as serotonin or dopamine. Physical activity has the same effect on well-being. It is therefore recommended to students who have been studying for several hours to take some fresh air, and practice sports. Going for an outdoor walk of 30 minutes is very effective. Remind your students of the importance of practicing sport regularly during their studies in order to perform better in their studies.

I was very impressed by a student’s graduation speech at the University of Lausanne last week. His significant words were very striking and inspiring. The words of the young man took into consideration the student holistically, his fears, his social and family environment, doubts and hopes. The message delivered to his study fellows was full of joy and maturity, it specifically focused on the importance of developing a positive mindset for to achieve successful iving!

Lyubomirsky, S. (2007). The How of Happiness: A New Approach to Getting the Life You Want. New York: Penguin.

 

 

 

Etre positif pour réussir ses études

Les recherches en neurosciences confirment l’impact du mental sur l’expérience d’apprentissage. L’hypothèse selon laquelle la tendance à être positif ou négatif serait innée est largement répandue. Les travaux de la psychologue Lyobormirsky (2007) confirment cette croyance populaire selon laquelle l’inclination naturelle vers le positivisme ou le négativisme est dans notre ADN. Eclairer les étudiants sur l’impact de leur état d’esprit dans leurs études et la manière dont ils peuvent l’influencer me semble dès lors une priorité. En effet, il est impératif pour tout étudiant de développer une approche positive sur son expérience d’apprentissage en travaillant sur soi et sur ses mécanismes de pensée et en adoptant une bonne hygiène de vie. La bonne nouvelle est que les étudiants peuvent apprendre à influencer considérablement leur expérience d’apprentissage de manière positive en agissant sur leurs pensées, leurs comportements et leur hygiène de vie.

  • La métacognition: il est essentiel d’enseigner aux apprenants dès leur plus jeune âge à observer leur mode de pensée afin de leur donner les clés pour distinguer leurs pensées de leur personne. La métacognition donne la distance nécessaire pour ne pas dramatiser une situation et pour optimiser un mode de pensée harmonieux. Le mindfulness, c’est-à-dire la pratique de la pleine conscience, est un outil puissant pour apprendre à observer ses pensées dans une attitude de non-jugement et d’acceptation. Cette forme de méditation inspirée de la tradition bouddhiste enseigne aux étudiants à se détacher de la rumination mentale toxique pour leur bien-être et pour leur expérience d’apprentissage.
  • Construire un pont vers le futur et transformer les pensées négatives en objectifs à atteindre.Lorsque les étudiants se projettent dans leur avenir, cela les amènent à construire un pont vers le futur en transformant leurs doutes, peurs ou pensées noires en objectifs à atteindre. Cette forme de visualisation des objectifs d’apprentissage est la première étape pour se mettre en route vers l’atteinte de ces mêmes objectifs. A mon sens, il est du devoir des enseignants d’encourager, voire d’accompagner les étudiants dans cette démarche, par des questionnements, des feedbacks positifs et une écoute active.
  • Adopter une bonne hygiène de vie et pratiquer du sport régulièrement influencent positivement l’activité cérébrale: Les neurotransmetteurs sont des composés chimiques libérés par les neurones qui influencent notre état d’esprit. Il existe des médicaments associés à cette influence positive sur notre cerveau comme par exemple la sérotonine ou la dopamine. L’activité physique produit le même effet sur le bien-être. Il est dès lors conseillé aux étudiants qui planchent depuis plusieurs heures sur une problématique de s’aérer les neurones en pratiquant du sport, ou même en allant simplement faire une promenade de 30 minutes en plein air.  Rappelons à nos étudiants l’importance de pratiquer un sport régulièrement pendant leurs études afin de se recharger les batteries et être plus performants dans leurs études.

J’ai été très impressionnée par le discours d’un étudiant lors d’une cérémonie de graduation à l’Université de Lausanne. Il en émanait une force de vie et une autorité naturelle empreintes de joie et de maturité. Les propos de ce jeune homme prenaient en considération l’étudiant de manière holistique, ses peurs, son environnement social et familial, ses doutes et ses espoirs. Le message délivré à ses collègues d’études portait précisément sur l’importance de développer une approche positive pour réussir sa vie. Quel beau programme !

  • Lyubomirsky, S. (2007). The How of Happiness: A New Approach to Getting the Life You Want. New York: Penguin.

Connectivism and Learning

Connectivism is a new theory regarding learning in the digital era. Means of learning have evolved exponentially in recent years and the old methods (behaviourism, cognitivism, and constructivism) are outdated for millennial learners. In addition, who are these ‘millennials’ (born after 2000)? We can define them as ultra-connected, highly networked learners within whom the desire to learn and be informed goes beyond the classroom. In my opinion, what is of interest in the Connectivist model is that it takes into account, on the one hand, the profile of these learners in a new light, and on the other hand the time it takes for information to circulate which is approaching zero. Indeed, in today’s world we get information in real time, whereas not that long ago there could be several years between the inception of a researcher’s idea, the publishing of said idea and the moment when it became available as book to interested parties. The dimensions of time and distance are replaced by those of abundance and speed. Therefore, the real question is how does one learn in an environment where there is abundant information in real time? In my opinion the Connectivist model provides a pertinent answer.

Following a Conectivist model, learning consists of three interconnected types of activity for learners that can be summarized using three words: creation, cooperation and research. While disassociating them in my list below, it should be noted that most learning activities combine all three of these elements, which are:

  • In a Connectivist context, learners are required to create in order to learn. The learning experience can consist of contributions to blogs, social network pages or the creation of video clips to explain a concept. The level of creation is at its highest in Bloom’s taxonomy and engages higher cognitive functions among learners.

 

  • Connectivism is sometimes called neo-socio-constructivism in that it engages learners in a collaborative learning process. Working as a team when investigating a concept facilitates the acquisition of information and understanding, and it is often whilst explaining a phenomenon to our peers that we measure our own understanding. Additionally, research tells us that the quality of the whole work produced by a team exceeds that of the sum of each member’s contribution.

 

  • When the externalisation of knowledge becomes the norm, where to look for information becomes more important than the memorization of it. The key skill is being able to navigate the wealth of information without getting lost. Recent neuroscience research has revealed an increase in this characteristic in ‘millennial’s’ brains. In a world where all information is reachable within the click of a button, instinctively, the brain is no longer trying to memorize information but instead concentrating on the best way to find it.

Most of the activities designed for my students combine these three axes of learning. A group project implies cooperation through peer collaboration, research, the processing of information and the creation of evidence suggesting understanding and learning.

However, how can a teacher find himself within a learning model so different from that which was his own? One word: de-compartmentalize! I believe that the sharing of resources and experience becomes inevitable. In the same way that the ‘Millennials’ believe in the logic of sharing, networking and long life learning, teachers can take inspiration and learn from their peers, share with them and continue to develop professionally all whilst integrating the Connectivist model in their teaching.

AlDahdouh, Osório ,Caires INTERNATIONAL JOURNAL OF INSTRUCTIONAL TECHNOLOGY AND DISTANCE LEARNING October 2015 Volume 12 Number 10

 

 

Connectivisme et apprentissage

 

Le connectivisme est une théorie nouvelle sur l’apprentissage à l’ère du digital. La manière d’apprendre a beaucoup évolué ces dernières  années et les anciens modèles d’apprentissage  (béhaviorisme, cognitivisme, constructivisme) sont dépassés pour les apprenants du millénaire. D’ailleurs qui sont ces ‘millenials’ (nés dès l’an 2000) ? On peut les définir comme des apprenants ultra-connectés et ultra-réseautés chez qui le désir d’apprendre et de s’informer ne s’arrête pas à la fin d’un cours. L’intérêt du modèle connectiviste  à mes yeux est qu’il prend en considération d’une part le profil de ces apprenants d’un genre nouveau et d’autre part le temps de circulation de l’information qui est proche de zéro. En effet, on obtient toutes les informations en temps réel aujourd’hui, or il n’y a pas si longtemps que cela, il pouvait s’écouler plusieurs années entre le moment où un chercheur avait une idée, qu’il la publie et que celle-ci se retrouve dans un livre à portée des intéressés. Les dimensions du temps et de la distance sont remplacées par celles de l’abondance et de la rapidité. Dès lors, la véritable question est de savoir comment apprendre dans un contexte où l’information abonde en temps réel, et selon moi le modèle connectiviste apporte une réponse pertinente.

Dans un modèle connectiviste, l’apprentissage consiste en trois types d’activités interconnectées pour les apprenants que l’on peut résumer en trois mots : créer, coopérer et rechercher. Tout en les dissociant dans ma liste ci-dessous, il faut relever que la plupart des activités d’apprentissage combinent ces trois compétences qui sont :

  • Créer. Dans un contexte connectiviste, les apprenants sont amenés à créer pour apprendre. L’expérience d’apprentissage peut consister dans des contributions sur des blogs, des pages de réseaux sociaux ou encore la création de capsules vidéo pour expliquer un concept. Le niveau de la création est le plus élevé dans la taxonomie de Bloom et engage les fonctions cognitives supérieures chez les apprenants.
  • Coopérer. Le connectivisme est parfois appelé néo-socio-constructivisme en ce sens qu’il engage les apprenants dans des processus d’apprentissage coopératif. Travailler en équipe autour d’un concept en facilite l’acquisition et la compréhension et c’est souvent au moment où l’on explique un phénomène à ses pairs que l’on mesure sa compréhension. De plus, la recherche nous dit que la qualité de production d’un travail de groupe est supérieure à la somme des contributions par chacun de ses membres.
  • Dans un contexte où l’externalisation des savoirs devient la norme, il est plus important de savoir où chercher une information plutôt que de la mémoriser. La compétence-clé est d’être capable de naviguer dans la multitude d’informations sans se perdre. De récentes recherches en neurosciences ont mis en évidence une augmentation de cette caractéristique de l’activité cérébrale chez les ‘millenials’. Dans un monde où toute l’information est à portée d’un simple clic, d’instinct, le cerveau ne cherche plus à mémoriser mais plutôt à savoir comment trouver.

La plupart des activités destinées à mes étudiants combinent ces trois axes d’apprentissage. Un travail de groupe implique la coopération sous forme de collaboration entre pairs, une recherche et un traitement de l’information et la création de la preuve de la compréhension et de l’apprentissage.

Toutefois, comment un enseignant peut-il se retrouver dans un tel modèle d’apprentissage si différent de celui qui a été le sien ? Un seul mot : décloisonner ! Je pense que le partage des ressources et des expériences devient incontournable. Tout comme les ‘millénials’ sont dans des logiques de partage, de réseaux et d’apprentissage tout au long de la vie, les enseignants peuvent s’en inspirer pour apprendre de leurs pairs, partager avec eux et continuer à se développer professionnellement en intégrant le modèle connectiviste dans leur pratique enseignante.

AlDahdouh, Osório ,Caires INTERNATIONAL JOURNAL OF INSTRUCTIONAL TECHNOLOGY AND DISTANCE LEARNING October 2015 Volume 12 Number 10